Crue de la Seine : questions / réponses

Vous êtes ici
03/06/2016 Inondation Partager
Crue de la Seine : questions / réponses

Depuis quelques jours le bassin versant de la Seine connait une crue importante, en particulier en Ile-de-France. Certains affluents commencent à voir leur débit décroitre alors qu'il continue à augmenter sur d'autres cours d'eau. Cela est lié à la complexité du réseau hydrographique avec des temps de transfert des écoulements qui peuvent être très variables d'une rivière à une autre.

L'impact des lacs-réservoirs

Dans le cas de cette crue assez spécifique de juin 2016, qui concerne les affluents franciliens tels que le Loing, les Morins, l’Yerres ou l’Orge, nos ouvrages situés en amont sur les 4 principaux cours d’eau du bassin parisien ne pouvaient avoir qu’un impact limité car sans aucun lien géographique avec les bassins versants de ces petits affluents.

Pour autant, ils ont été pleinement mobilisés et ont contribué à l’écrêtement des crues en amont du bassin. Même le barrage de Pannecière dans le Morvan, qui était le plus proche de son état de remplissage maximal suite à une crue précédente survenue le 13 mai, a été efficace et a permis d’écrêter le pic de crue de l’Yonne le 31 mai.

Lors du déclenchement de cette crue fin mai, les lacs étaient donc déjà bien remplis pour assurer leur fonction de soutien des débits pendant l'été. Il restait cependant encore une capacité de stockage non négligeable d’environ 70 millions de m3. Ils ont donc été pleinement mobilisés et ont contribué à l’écrêtement des crues en amont du bassin.

Ces ouvrages ne sont cependant pas destinés à stopper la totalité des écoulements et laissent passer une partie du débit en aval, conformément au règlement d'eau, fixé par arrêté préfectoral, qui régit leur gestion.

Aucun vidage de nos ouvrages n'a été opéré durant toute cette période au cours de laquelle en revanche ils ont participé à la rétention de volumes importants, ce qui a participé à la protection non seulement de l'agglomération parisienne dans son ensemble, mais aussi à celle d'autres villes en amont telles que Troyes, Saint-Dizier ou Auxerre par exemple. La protection offerte par les lacs concerne également l'aval de Paris.

Role et fonctionnement des lacs

Les 4 lacs-réservoirs gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs sont destinés à remplir deux fonctions. Ils doivent permettre de retenir l’eau en amont des 4 principaux cours d’eau du Bassin parisien, mais ils doivent aussi participer au soutien d’étiage l’été en contribuant au débit de ces même cours d’eau. Cette fonction est absolument indispensable pour garantir  les différents usages de l’eau (domestique, industrielle ou agricole). Pour gérer de manière optimale ces deux fonctions, des courbes de remplissage ont été fixées et l’exploitant doit s’y conformer. Ces objectifs imposent que les lacs soient autant que possible proches de leur cote maximale de remplissage fin juin.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire