Risque d’Inondation de la Seine : évaluation de la mise en oeuvre des recommandations de l'OCDE

Vous êtes ici
21/06/2017 Vie de l'EPTB Partager
Risque d’Inondation de la Seine : évaluation de la mise en oeuvre des recommandations de l'OCDE

Trois ans après avoir émis des recommandations sur la prévention des inondations de la Seine en Ile-de-France, l’OCDE a livré ce mardi 20 juin, lors d’une réunion de concertation avec les principaux acteurs, les premiers résultats de l’évaluation de la mise en œuvre de ses préconisations. Trois thématiques ont principalement été abordées :

  • Comment poursuivre l’amélioration de la gouvernance en Ile-de-France face au risque d’inondation de la Seine ?
  • Comment renforcer les mesures de résilience ?
  • Comment structurer une stratégie financière à la hauteur des enjeux ?

Etroitement associé à ces études l’EPTB Seine Grands Lacs est largement engagé dans le processus. Le président de l’EPTB, Frédéric Molossi a introduit la séance aux côtés de Monsieur Rolf Alter, Directeur, Gouvernance Publique de OCDE et de Madame Aurélie Viellefosse, Directrice Adjointe de la DRIEE Ile-de-France.

 

Intervention de Frédéric Molossi, Président de l’EPTB Seine Grands Lacs

Réunion de concertation – résultats préliminaires – 20 juin 2017

C’est avec un grand plaisir que je reviens, ici dans les murs de l’OCDE. Il y a trois ans était présentée l’étude OCDE sur la gestion des risques inondations « La Seine en Ile-de-France ».
Aujourd’hui nous revenons pour évaluer la mise en œuvre des recommandations portées dans cette étude. Avec le recul, je me félicite que l’EPTB Seine Grands Lacs ait grandement aidé à la réalisation de ce rapport. Ce fut, et cela reste un formidable outil de communication pour sensibiliser aux risques inondation les pouvoirs publics, les collectivités territoriales, les grands opérateurs de réseaux et au-delà des médias et le grand public.
Mais pour le syndicat mixte que je préside, c’est aussi une feuille de route. L’OCDE et ses équipes ont établi un grand nombre de recommandations. Elles nous servent de référence pour nos propres actions et notamment pour le modèle de gouvernance que nous voulons mettre en place comme pour nos activités d’animateur de PAPI (Plan d’Actions Prévention des Inondations) ou pour l’appui à l’élaboration et au suivi des SLGRI (Stratégie Locale Gestion des Risques Inondation). Les inondations qui ont touché la région, au printemps 2016, ont montré la fragilité de la zone dense francilienne et de ses infrastructures. Le contexte du changement climatique et la mise en œuvre du plan d’adaptation tel qu’adopté par le Comité de bassin Seine-Normandie le 8 décembre dernier nous montrent que nous devons continuer à aller de l’avant, ne pas s’arrêter aux préconisations, mais bien les mettre en œuvre.
Les enjeux sont considérables. Seule une politique coordonnée à l’échelle du bassin versant est opérante. Il faut améliorer et organiser la solidarité des territoires du bassin. Il faut penser les solidarités amont/aval, urbain/rural, région industrielle/région agricole…

EPTB Seine Grands Lacs, outil au service des collectivités territoriales et de leurs groupements, joue et jouera un rôle important dans cette dynamique.

  • C’est pourquoi nous avons engagé un processus collaboratif pour faire évoluer notre gouvernance. Il s’agit, à côté des membres « historiques » de notre Institution, les trois Départements de la petite couronne et la Ville de Paris, de leur associer prioritairement les EPCI situés sur les TRI (Territoire à risque important d’inondation). C’est ainsi que très prochainement, les Communautés d’Agglomération de Troyes et Saint-Dizier devraient nous rejoindre. D’autres collectivités comme les EPCI situés à l’aval de nos ouvrages, Départements, EPAGE… sont également susceptibles de nous rejoindre. Je souhaite que la Métropole du Grand Paris s’engage aussi dans cette démarche.
  • C’est pourquoi, à côté de notre activité de gestionnaire et d’exploitant de nos quatre lacs-réservoirs, nous voulons amplifier la dynamique du PAPI de la Seine et la Marne Franciliennes passé aujourd’hui de 6 à plus de 20 collectivités engagées pour être actrices de leurs politiques de prévention et de protection des inondations
  • C’est pourquoi, dans le cadre de ce PAPI, nous poursuivons notre travail sur le site pilote de la Bassée avec l’ambition de pouvoir engager les premiers travaux en 2021 en partenariat avec la Métropole du Grand Paris.
  • C’est pourquoi nous souhaitons engager une réflexion avec nos membres et partenaires sur la pertinence de mettre en place, et de porter un SAGE « Seine centrale urbaine » au moment où nous nous apprêtons à accueillir les J.O à Paris.

Les autres priorités telles que définies par le Comité syndical de l’EPTB Seine Grands Lacs nous engagent sur l’ensemble du bassin amont de la Seine. Synergie, subsidiarité, recherche de cohérence et d’efficacité résument nos orientations. Il s’agit de :

  • Pérenniser et Renforcer nos partenariats stratégiques avec l’Etat et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, notamment en matière de mise en œuvre du plan d’adaptation au changement climatique et de mise en œuvre du SDAGE
  • Accompagner les EPCI-FP et syndicats mixtes qui le souhaitent dans la prise de compétence GEMAPI
  • Aider les collectivités territoriales qui souhaitent devenir EPAGE
  • S‘engager à des actions de maitrise d’ouvrage sur des sites « orphelins »

Comme vous pouvez le constater, les élus du comité syndical EPTB seine Grands Lacs souhaitent mettre l’outil syndicat mixte « EPTB Seine Grands Lacs » au service du plus grand nombre pour mieux protéger des inondations et garantir la ressource en eau dans un contexte en évolution rapide.
Je ne doute pas, du moins je l’espère, que votre évaluation sur la prise en compte des préconisations que vous avez faites il y a maintenant trois ans sera un accélérateur pour nos politiques publiques en la matière.

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire