Le programme global d’aménagement

La vallée de la Bassée

Constituant la plus grande plaine inondable du bassin de la Seine en amont de Paris et la zone humide la plus importante d’Ile-de-France, la vallée de la Bassée s’étend sur 30 000 hectares situés entre la confluence Seine-Aube et la confluence Seine-Yonne à Montereau-Fault-Yonne. Si elle a toujours joué un rôle de zone d’expansion des crues de la Seine dont elle atténue les effets à l’aval, elle possède en outre de multiples intérêts : réserve d’eau souterraine à long terme visée au SDAGE Seine Normandie et faisant l’objet d’acquisitions foncières par l’Agence de l’Eau, gisement de matériaux alluvionnaires, site archéologique, zone naturelle de grand intérêt écologique, voie navigable…

Tandis que le secteur amont a relativement bien conservé son rôle dans la dynamique des crues de la Seine, la Bassée à l’aval de Bray-sur-Seine a beaucoup évolué. En effet, les travaux de mise à grand gabarit du fleuve au début des années 1980 ont entraîné un élargissement et un approfondissement du fleuve ainsi que le rescindement de nombreux méandres, appelés « délaissés de Seine ». Dans ce secteur, le lit majeur n’est inondable que pour des crues d’ampleur exceptionnelle, le débit de débordement étant de 400 m3/s (crue de temps de retour 100 ans) contre 150 m3/s initialement.

Vue aérienne de la Bassée aval (2004)

Hydrogéologie

Collecteur de plusieurs aquifères (nappe des alluvions de la Seine, de la craie, du tertiaire…), le site de la Bassée constitue un secteur important pour une exploitation à usage d’alimentation en eau potable (AEP) future et à ce titre protégé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie (« barrettes »). La nappe de la craie s’étendant à l’ensemble du bassin parisien est particulièrement utilisée pour l’AEP actuelle.

 

-

Les barettes de l'agence de l'eau Seine Normandie

 

Hydrographie

Le réseau hydrographique, très développé, est également très varié puisque des éléments de l’hydrographie naturelle, de l’ancien fonctionnement de la vallée et d’une forte anthropisation se mêlent dans ce secteur :

  • fleuve actuel canalisé (voie navigable à grand gabarit) ou canaux (ancien canal de navigation Bray/ La Tombe, canal de la Voulzie alimentant l’usine élévatoire des Ormes),
  • anciens méandres recoupés (par exemple boucle de la Grande Bosse en aval de Bray-sur-Seine),
  • ancien cours ou cours d’eau actuels (La Vieille Seine, l’Auxence, La Voulzie…) et réseau de noues et de fossés.
  • lacs de gravières : l’activité d’extraction de matériaux imprime une marque très forte dans la vallée, de nombreuses carrières sont en cours d’exploitation et d’autres ayant été réaménagées en étangs de loisirs.

 

Réseau hydrographique

 

 Environnement naturel

Les milieux et espèces présents dans la vallée de la Seine, et notamment dans le grand complexe de la Bassée, revêtent une forte valeur patrimoniale. La Bassée est ainsi reconnue comme l’une des plus importantes zones humides régionale et nationale. C’est d’ailleurs à ce titre que le site a été classé dans le réseau européen Natura 2000 et qu’une réserve naturelle nationale a été créée. En aval de Bray-sur-Seine, les milieux naturels ont été fortement perturbés par divers phénomènes. Parmi eux, la canalisation à grand gabarit de la Seine, la généralisation des carrières, l’abandon des prairies au profit des cultures, puis des carrières. Toutefois, la Bassée aval présente encore des enjeux de conservation très importants : maintien des caractéristiques fonctionnelles des écosystèmes, préservation des principaux habitats naturels typiques des grandes plaines inondables, préservation des espèces végétales et animales remarquables, etc.

Azuré des coronilles (Plebejus argyrognomon) - Écosphère

 

Les espaces naturels protégés de la Bassée aval

Au titre de la directive Oiseaux (Zone de Protection Spéciale, ZPS) et de la directive Habitats (Zone Spéciale de Conservation, ZSC), la zone de la Bassée-aval est concernée par deux classements Natura 2000 :

  • Oiseaux : la Bassée et plaines adjacentes,
  • Habitats : La Bassée.

La quasi-totalité de la Bassée francilienne est inscrite à l'inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type II, appelée « Vallée de Seine entre Montereau et Melz-sur-Seine ». Le territoire de la Bassée aval compte également des espaces protégés par un arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB), notamment sur le plan d’eau de la Bachère et la héronnière de Gravon. Une synthèse des espaces naturels protégés et inventoriés de la Bassée aval est cartographiée ci-après.

Les espaces naturels protégés

Les activités humaines

L’habitat individuel est regroupé principalement dans les bourgs des communes situées en périphérie du périmètre d’étude. En dehors des villages, les corps de ferme constituaient initialement le seul habitat individuel.
Les activités économiques telles que les extractions de granulats, l’agriculture et la sylviculture, représentent une part importante des ressources du territoire.
La plaine de la Bassée constitue depuis 1950 la zone la plus importante d’exploitation de carrières d’Île-de-France. Les activités de chasse et de pêche jouent également un rôle très important dans l’économie et la sociologie du territoire.

L’occupation des sols est marquée par :

  • La présence d’étendues d’eau importantes, associées à des zones d’extraction de matériaux,
  • Des carrières en exploitation,
  • Des boisements alluviaux (forêts de feuillus),
  • La présence de zones agricoles,
  • Des boisements artificiels : sylviculture.