Les Zones d'Expansion des Crues

L'EPTB Seine Grands Lacs s'est engagé à porter une action concernant les zones d'expansion des crues* (ZEC) du bassin amont de la Seine. Celle ci émane de l'action 4.1.2 du Programme d'actions de prévention des inondations (PAPI) de la Seine et de la Marne Franciliennes (2014-2019), portée par Seine Grands Lacs,  et complétée par l'action 1.1 du contrat de partenariat signé entre Seine Grands Lacs et l'Agence de l'eau Seine-Normandie.

Cette action intègre deux volets:

Identification , caractérisation et hiérarchisation, sous système d'information géographique (SIG), des ZEC en fonction de leur volume de stockage, de leur potentiel de reconnection avec le cours, des capacités des structures locales à mettre en oeuvre des projets...

Co-construction , au sein de plusieurs territoires pilotes de référence et en concertation avec l'ensemble des parties prenantes, d'un projet de territoire pour la prévention des inondations autour de la valorisation des ZEC.

Des territoires pilotes de référence, partenaires privilégiés pour la co-construction des projets de territoires.

Le périmètre d’action de l’EPTB couvrant un bassin d’une superficie de 44 400 km², le développement d’un outil SIG a permis d’identifier des sous-bassins, territoires pilotes de référence, sur lesquels il a été proposé de concentrer l’animation territoriale. De cette façon, il a été possible de démarrer le travail de co-construction en partant de l’inventaire des projets existants (602 répertoriés dont 407 pouvant concerner l’action 4.1.2.).

Ces territoires pilotes de référence ont adhéré à la démarche, ce qui a conduit à l’installation des 5 comités locaux. Ils bénéficient ainsi du développement de l’outil SIG et d’un soutien en ingénierie technique et financière, en animation pour sensibiliser les acteurs locaux à la problématique des ZEC.

Les « autres » territoires (organismes ou collectivités) qui partagent ce besoin de réflexions/de méthodologie sur le sujet des ZEC sont également intégrés à la démarche par le biais d’un groupe de travail qui se réunit en général deux fois par an. L’objectif est d’associer l’ensemble des territoires volontaires à la dynamique collective, de démultiplier les actions potentielles et le partage d’expérience.

Un outil SIG d’identification, de caractérisation et de hiérarchisation des ZEC

Au 1er septembre 2020, les services de l’EPTB Seine Grands Lacs ont achevé la 1ère phase des investigations consistant à développer un outil SIG qui permet d’identifier, de caractériser et de hiérarchiser les ZEC à l’échelle parcellaire. Cet applicatif géomatique d’aide à la décision a été testé sur le secteur de la Vanne aval. Il permet de sélectionner, à la parcelle, les espaces en fonction leur potentiel de rétention, de critères environnementaux et/ou de vulnérabilité et définir la nature des actions à entreprendre selon les 3 classifications retenues : « à préserver », « à optimiser/restaurer » ou « à aménager ».

Lorsque le COTEC et le COPIL auront validé le fonctionnement de l’outil (fin 2020), il sera déployé d’abord sur les territoires pilotes de référence puis sur le reste du périmètre de reconnaissance de l’EPTB Seine Grands Lacs.

22 projets en cours

Parmi l’ensemble des projets répertoriés sur les territoires pilotes de référence (plus de 400), en parallèle du développement de l’outil SIG, 22 projets font l’objet d’une attention particulière. Ces projets sont classés en fonction de la typologie suivante :

  • Les mesures de préservation (conservation) sont réalisables sur le court terme. Ces actions permettent d’agir concrètement sur la perte progressive des volumes potentiels de stockage par l’artificialisation des sols. Elles contribuent à stopper l’hémorragie de la perte continue du potentiel de rétention des eaux.
  • Les actions d’optimisation (restauration/renaturation) sont menées par les opérateurs gémapiens. Ainsi, l’EPTB Seine Grands Lacs s’adapte au calendrier de mise en œuvre des actions conditionné par la mobilisation de l’expertise en ingénierie de la maitrise d’œuvre.
  • Les actions d’aménagement sont également sous la maitrise d’ouvrage des opérateurs gémapiens. Elles sont donc soumises aux mêmes conditions que les opérations de restauration/renaturation auxquelles il convient d’ajouter les autorisations environnementales et les modalités d’enquête publique. Dans les faits, ces opérations prennent de nombreuses années à se concrétiser. Néanmoins, certains aménagements simples pourront être engagés dans un délai beaucoup plus court.