Présentation

Présentation de l'EPTB Seine Grands Lacs

L'EPTB Seine Grands Lacs : un syndicat mixte ouvert. 

Ce syndicat est issu de la transformation de l’Institution interdépartementale des barrages réservoirs du Bassin de la Seine crée en 1969.

Le Syndicat est composé au 1er janvier 2018 des collectivités et des groupements suivants :

  • Ville de Paris, Départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne (membres fondateurs) ;

  • Communauté d’agglomération de Troyes-Champagne-Métropole ;

  •    Communauté d’agglomération de Saint-Dizier-Der et Blaise.

Le Syndicat a pour objet, en tant qu’Etablissement public territorial de bassin, à l’intérieur de son périmètre d’intervention, de faciliter la prévention des inondations, la gestion équilibrée et durable de la ressource en eau, ainsi que la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité des écosystèmes aquatiques et des zones humides et de contribuer, s’il y a lieu, à l’élaboration, au suivi et à la coordination des schémas d'aménagement et de gestion des eaux mis en œuvre sur tout ou partie de son périmètre de reconnaissance.

Son périmètre d'intervention

Le périmètre d’intervention du Syndicat est délimité au Nord par celui de l’EPTB Oise-Aisne, à l’Est et au Sud, par les limites du district Seine-Normandie, et à l’aval par les limites du SAGE Mauldre et de l’unité hydrographique de la Seine Mantoise.

Ses missions

En outre, le Syndicat assure les missions suivantes : entretien, aménagement et exploitation des quatre lacs-réservoirs:

  • Pannecière-Chaumard, dans le département de la Nièvre, sur l’Yonne, capacité normale 80 millions de m3, mis en service en 1949 ;

  • Seine - Lac d’Orient, dans le département de l’Aube près de Troyes en dérivation de la Seine, capacité normale 208 millions de m3, mis en service en 1966 ;

  • Marne -Lac du Der-Chantecoq, dans les départements de la Marne et de la Haute-Marne près de Saint-Dizier en dérivation de la Marne et de la Blaise, capacité normale 350 millions de m3, mis en service en 1974 ;

  • Aube - Lacs Amance et du Temple, dans le département de l’Aube près de Troyes, en dérivation de l’Aube, capacité normale 170 millions de m3, mis en service en 1990,

ainsi que plus de 3000 ha de forêts acquises au titre de la reconstitution du potentiel forestier.

Avec ces 4 ouvrages, le syndicat mixte dispose de plus de 800 millions de m3 pour réaliser ses missions – auxquels s'ajoute une tranche de 17 millions de m3 mobilisables sur le bassin de la Cure à partir des barrages de Crescent et Chaumeçon gérés par EDF.

Les ouvrages sont gérés selon 2 objectifs:

  • Le soutien d’étiage, du 1er juillet au 31 octobre*,

  • L’écrêtement des crues, entre le 1er novembre et le 30 juin*

dates théoriques de vidange et de remplissage

 

Quatre lacs-réservoirs au coeur d'un bassin

Instruments essentiels des missions de l’EPTB, les quatre lacs-réservoirs sont implantés sur des terrains imperméables : massifs granitiques du Morvan, argiles de Gault de la Champagne humide.

Vastes étendues d’eau fermées par des digues, ils sont établis, soit directement sur le cours d’une rivière comme c’est le cas du lac de Pannecière sur l’Yonne, soit en dérivation de celles-ci par l’intermédiaire de canaux comme le sont les lacs-réservoirs Seine, Marne et Aube.

Érigés pour écrêter les crues en période hivernale et soutenir le débit de rivières en période sèche, ils ont été mis en eau en au cours du XXème siècle

Fonctionnement d'un lac-réservoir

Dans cette rubrique